Face aux violations des droits fondamentaux des personnes migrantes et réfugiées à la frontière franco-italienne, cinq ONG renforcent leur soutien aux acteurs locaux français et italiens.


http://www.medecinsdumonde.org/fr/actualites/migrants/2017/04/28/renforcer-nos-actions-dans-la-roya

Femmes migrantes italie LybieReuters

Amnesty International France, La Cimade, Médecins du Monde, Médecins Sans Frontières et le Secours Catholique-Caritas France s’engagent à accroître leur coopération dans la région transfrontalière franco-italienne. Cette démarche se traduira par un soutien dans la durée aux solidarités locales et par une coopération avec les partenaires italiens afin de répondre à l’urgence de protéger et de défendre les droits des personnes réfugiées et migrantes.

Réunis à Nice, les 26 et 27 avril, avec de nombreux acteurs locaux et partenaires italiens*, les représentants des organisations ont partagé le constat que perdurent de graves violations des droits fondamentaux des personnes migrantes et réfugiées. La situation à la frontière franco-italienne et dans la vallée de la Roya ne cesse de se détériorer. Épuisées par un parcours migratoire violent, les personnes exilées qui cherchent à poursuivre leur route sont bloquées à cette frontière. Quand elles réussissent à la franchir, elles sont confrontées à de nombreuses violations de leurs droits.

Renforcer la coopération sur le terrain

Nos cinq organisations ont décidé de renforcer leur travail commun avec les acteurs locaux français et italiens afin de construire durablement une collaboration opérationnelle, juridique et de plaidoyer auprès des autorités des deux pays.

Trois objectifs majeurs ont été identifiés :

  • Soutenir sur le plan sanitaire, social et juridique les associations et les citoyens dans leurs actions de solidarité, tout en les protégeant contre les menaces et les poursuites.
  • Dénoncer les défaillances des autorités françaises et les violations des droits fondamentaux des personnes réfugiées et migrantes, dont des mineurs non accompagnés, tout en recherchant le dialogue avec les élus locaux sur l’accueil et la protection de ces personnes.
  • Construire un travail transfrontalier avec les partenaires italiens - associations et élus - sur le plan opérationnel (protection et accueil des migrants) pour favoriser l’émergence d’une réelle solidarité européenne de part et d’autre de la frontière.

En dépit des mesures de dissuasion déployées par les autorités françaises et italiennes, nous réaffirmons notre détermination à soutenir activement les initiatives de solidarité des acteurs locaux et de nos équipes, et à alerter et interpeller, ensemble, les autorités sur cette crise de l’accueil.


[solidaritemigrantes09] compte rendu de l'entrevue à la Préfecture


201703310998 full

 

L'audience avec Marie Lajus, la préfète, a duré 1 h 30./Photo DDM.

Compte-rendu de l'entrevue à la préfecture du 30.03.17

Personnes en présence : 3 personnes du collectif solidarité migrant.e.s 09, 3 résidents du CAO, Mme Lajus (préfet), Mme Aymard (DDCSPP - Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection de Population), Mme Faucet (Direction des libertés publiques, des collectivités locales et des affaires juridiques, notamment en charge du service des étrangers).

L'entretien a duré environ 1h30. Voici les « réponses » que nous avons obtenues :

La préfète a fait part de son intention de fermer le CAO de Saverdun car elle trouve qu'il est trop isolé, et que les conditions ne sont pas bonnes. Le CAO n’est pas un lieu de résidence mais un sas pour réorienter les gens dans le parcours le plus adapté à leurs situations. Cependant, elle dit que l’État a souhaité maintenir les CAO pour quelques mois. (par ailleurs on verra plus tard qu'il n'y a aucune solution pour reloger les personnes). Donc le CAO ne ferme pas fin mai, il est maintenu pour plusieurs mois. En revanche le CAO pour mineurs de Perles-et-Castelet ferme cette semaine. Les mineurs sont relogés en famille d'accueil ou en foyer, les désignés majeurs (2 personnes Afghanes) vont aller en CADA à Foix.

Sur le besoin de traduction : Il n'y a pas de budget prévu pour cela dans les CAO. Les résidents doivent se débrouiller pour faire leur récit d'asile. Nous avons appris que la structure PADA (Plate-forme d'accueil des demandeurs d'asile) de la région vient seulement d'ouvrir à Toulouse, il y a quelques semaines, gérée par l'association Forum réfugiés. Mais contrairement à ce que pensait la préfète, la PADA n'aide pas à faire les récits d'asile, elle permet uniquement d’être domicilié en vue d’obtenir un rendez-vous pour accéder à la demande d’asile.

Les résidents ont rappelé que peu des salariés du CAO parlent anglais (notamment pas la personne qui s'occupe des dossiers) alors que c'est une langue parlée par la majorité des résidents. La préfecture va demander à l'Institut Protestant d'embaucher quelqu'un qui parle anglais.

Sur l'accès au centre par des « personnes extérieures » : nous avons insisté sur l'importance pour les résidents d'entretenir une sociabilité et que compte tenu de l'isolement du centre, la seule solution est d'aller les visiter sur place. La préfète renvoie la responsabilité à l'Institut Protestant, propriétaire des lieux, c'est à eux de décider des conditions d'accès. Elle rappelle qu'elle trouve normal que ce ne soit pas « ouvert aux quatre vents » pour des raisons de responsabilités.

Sur l'accès au soin : les résidents ont rappelé qu'il est très difficile pour eux de se faire soigner, et ont témoigné de plusieurs cas d'entrave au droit de voir un médecin. (« si tu n’as pas de papier tu ne peux pas voir un médecin ») La préfète n'a pas répondu sur ce point, elle a seulement rappelé qu'il existe une PASS (permanence d’accès aux soins de santé) au Chiva et à Pamiers. Une demande aurait été faite à l’agence régionale de santé pour un accès facilité aux structures de soins mais rien n’a été mis en place pour l’instant. Il faut savoir par ailleurs que tous les résidents du CAO ont le droit à la sécurité sociale et pourraient être pris en charge par n’importe quels médecins.

Sur les places en CADA : nous avons rappelé que la plupart des résidents des CAO étant désormais demandeurs d'asile, ils ont droit à une place en CADA (Centre d'accueil pour demandeurs d'asile). Il nous a été répondu que de nouvelles places vont ouvrir à Foix ce mois-ci : 30 places réparties dans 9 appartements. Il n'y a plus de place au CADA du Carla-Bayle pour l'instant. Cependant, les attributions sont gérées nationalement, donc les résidents du CAO de Saverdun ne seront pas prioritaires, d'autant plus que le format des appartements correspond davantage à l'accueil de familles. Il semblerait que la préfecture n'ait aucun pouvoir de décision sur l'attribution des place en CADA en Ariège, ni dans la région, (mais ils ont quand même trouvé des places à Foix pour les jeunes de Perles et Castelet). Pour ce qui est des places à Toulouse (un grand nombre de résidents voudrait aller en ville) elles sont très demandées.

Les résidents ont expliqué que les conditions de vie au centre sont mauvaises et dégradantes : des serpents ont été trouvés dans la salle de bain, un seul toilette fonctionne pour 25 personnes, il y a des fuites dans le toit. Sur l'accès à internet, demandé à plusieurs reprises : la préfecture a fait une demande écrite au CAO le 21 mars pour l'installation d'internet.

Concernant les résidents du CAO ayant des titres de séjour, nous avons demandé ce qu'il en est de l’accès à un logement. Il nous a été répondu que des commissions se tiennent chaque mois pour l'attribution de logement sociaux dans le cadre des SIAO (Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation). Cependant les résidents du CAO ne seront pas prioritaires car célibataire, sans enfant.

Nous avons interpellé la préfète sur deux situations particulières. Z. qui avait accepté, puis refusé l'aide au retour ; et S. qui a été débouté du droit d'asile et est désormais sans-papiers. Pour Z : la personne du service des étrangers s'est engagé à ce qu'il obtienne un rendez-vous en préfecture à Toulouse pour faire une demande d'asile en procédure normale. Pour S : la préfète a déclaré qu'elle pourrait « étudier son cas » s'il avait un hébergement et une promesse d'embauche. Par ailleurs il va avoir un rendez-vous en préfecture avec un traducteur pour raconter son histoire.

Conclusion : les priorités de la préfecture d’Ariège face à cette situation : Des places en CADA L’accès aux soins Améliorer l’hygiène du centre en réparant les toilettes, augmentant les douches et attrapant les serpents Voir si les activités possibles au centre peuvent être augmentées et notamment accès à internet (demandé le 21/03)


Migrations. État des lieux 2017


 

29 mars 2017

Trois semaines avant le premier tour des élections présidentielles, cet état des lieux contribue à améliorer la compréhension des enjeux liés aux politiques migratoires et, à travers les propositions qui sont formulées, à montrer qu’une autre politique est possible.

La Cimade EDL2017 Couv400N

Présente sur les terrains de l’aide aux personnes étrangères et de la défense des droits, La Cimade constate quotidiennement les difficultés vécues par celles et ceux, exilés, migrants ou réfugiés, qui viennent en France et en Europe chercher un avenir meilleur.

Fondée sur des analyses d’experts, mais aussi sur les constats de terrain des militantes et militants de La Cimade et de nos partenaires associatifs, cette publication, dont la première édition est sortie en 2009, a pour objectif de rassembler, dans un document unique, une vision transversale des conséquences du durcissement incessant des lois et des pratiques administratives.

Contrairement aux volumes précédents, qui portaient sur le bilan des politiques migratoires menées au cours des deux années écoulées, cette édition couvre une période plus longue. À travers cette prise de recul, nous avons souhaité montrer la continuité des politiques mises en œuvre ces dernières années, quelle que soit la majorité au pouvoir, plutôt que d’analyser uniquement les conséquences des dernières réformes.

Nous avons également choisi de centrer ce volume sur les limites des politiques publiques, les avancées obtenues ces dernières années en matière d’immigration nous paraissant marginales et clairement insuffisantes. « Contrôler et punir », « Sous-traiter et déléguer », « Trier pour exclure », « Discriminer et accorder des droits au rabais », « Ajouter de la violence à la violence », les cinq chapitres qui composent cet ouvrage analysent donc les impacts négatifs des actions menées par l’État et l’administration pour les personnes migrantes, en matière d’accès au territoire français et européen, de droit d’asile, de droit au séjour, d’enfermement et d’expulsion, de protection des personnes vulnérables.

Nous espérons que cet état des lieux pourra contribuer à améliorer la compréhension des enjeux liés aux politiques migratoires et, à travers les propositions qui sont formulées, à montrer qu’une autre politique est possible.

> Télécharger la synthèse de 16 pages : Migrations. État des lieux 2017 :


Dumaine Marie Jo

38 r Ariège, 09330 MONTGAILHARD

Connexion

Manifestations

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Ecouter ou non Citoyens du monde

  • Site modifié le mercredi 10 juillet 2019 à 08:46:45

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris