Grève de la faim et manifestation en soutien aux migrantEs à Calais


calais

Depuis des années, à Calais et ailleurs, la police harcèle voire agresse les personnes migrantes et réfugiées, mais aussi, celles qui leur viennent en aide.

 

Samedi 13 novembre 2021 se tenait à Calais une manifestation en soutien aux personnes exilées et aux grévistes de la faim, en grève depuis 35 jours à l’église Saint-Pierre de Calais. Ces derniers jours, ce sont encore au moins trois personnes qui ont perdu la vie à la frontière lors du naufrage de leur bateau de fortune (des kayaks pour traverser le Détroit de Calais).

On en a assez de cette politique migratoire de non-accueil qui, depuis les années 1990, a entraîné plus de 300 morts ! Et cest sans compter ceux disparus sans quon nait jamais retrouvé leur corps !

Grève de la faim pour dénoncer les traitements dégradants

À Calais, on compte environ 2000 personnes et au moins 300 enfants non accompagnés qui vivent dehors, dans des conditions inhumaines et qui subissent « un traitement dégradant » de la part des autorités françaises. C’est ce que concluait le rapport de Human Rights Watch du 7 octobre 2021. Le rapport indique qu« en 2020, la police a procédé à plus de 950 opérations routinières dexpulsion à Calais et au moins 90 expulsions de routine à Grande-Synthe, saisissant près de 5000 tentes et bâches et des centaines de sacs de couchage et de couvertures ».

Pour dénoncer les violences policières envers les migrantEs et pour demander un arrêt des expulsions et des démantèlements de campements pendant la trêve hivernale, le père Philippe Demeestère, 72 ans, et deux autres militantEs, Anaïs Vogel et Ludovic Holbein, ont entamé une grève de la fin depuis le 11 octobre.

Malgré les négociations avec le représentant du Gouvernement, la situation s’enlise. L’Etat est intransigeant et préfère laisser dormir dans le froid des femmes et des enfants en continuant les démantèlements des camps, seul refuge des migrants pour survivre, ainsi que la confiscation de leurs effets personnels. En ce début de la trêve hivernale, les interventions policières visant le démantèlement des campements n'ont pas cessé. Nous disons Ya Basta !

De centaines de personnes ont manifesté leur solidarité aux exilé

En soutien aux grévistes de la faim, nous étions des centaines ce samedi 13 novembre dans les rues de Calais. Vers 14h30, le cortège est parti de la place Crèvecœur, lieu de l’église Saint-Pierre, nouveau lieu symbole de la résistance qui accueille les trois camarades grévistes. Juste avant, ceux-ci avaient fait une brève allocution où ils ont réitéré leurs revendications. 

Ils demandent : 

- la suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements durant la trêve hivernale ;

- l'arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées durant cette même période ;

- la mise en place d'un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non mandatées par l’État, portant sur l'ouverture et la localisation de points de distribution de tous les biens nécessaires au maintien de la santé des personnes exilées.

Ils sont apparus fatigués mais déterminés à continuer le combat. Pendant la manifestation, un hommage a été rendu aux migrants décédés en mer ou encore écrasés par un train ou un camion Combien de jours de grève de la faim seront encore nécessaires pour quune réponse positive aux revendications soit obtenue ?

Les revendications des grévistes de la faim ne sont pas seulement justes mais elles peuvent être réalisées tout de suite. Elles se heurtent toutefois à cet État, un monstre froid, qui ne les entend pas.

Les migrants sont une richesse !

Alors quon voudrait nous faire croire le contraire, les migrantEs sont une richesse tant culturelle qu’économique.

Comme le démontre un rapport du 29 octobre de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le coût de l'immigration pour les États s'équilibre et peut même être positif. Il y est écrit que « dans tous les pays, la contribution des immigrés sous la forme d'impôts et de cotisations est supérieure aux dépenses que les pays consacrent à leur protection sociale, leur santé et leur éducation »Pour la France la contribution nette des personnes nées à l'étranger serait de 1,02% du PIB.

L’impérialisme cause des crises migratoires !

La France et les autres pays impérialistes sont responsables de la misère dans de nombreux pays du fait de leurs politiques postcoloniales. Il serait donc logique de permettre à ceux qu'on a jeté dans la misère quon a poussé à traverser la Méditerranée, trop souvent au prix de leurs vies, dobtenir des papiers et de pouvoir vivre dignement.

Les milliers de migrantEs fuient les guerres et les persécutions dont tous les États impérialistes sont directement responsables. Comme les autres, le gouvernement français a du sang sur les mains. Mali, Tchad, Niger, Burkina Faso, Irak, Centrafrique sont autant de pays où la France mène ou a mené des opérations militaires et de reconquêtes de territoires ou de marchés. Ce sont autant de pays où prospèrent, sur le lit de la pauvreté et du rejet de loccupation, les extrémistes quils soient de Daesh ou de Boko Haram.

Le cadre juridique de l'asile, son application toujours plus restrictive, comme nos politiques migratoires, sont en décalage complet avec les réalités migratoires actuelles : le motif environnemental n'est pas pris en compte tandis que la distinction entre les causes politiques et économiques, artificielle et absurde, nie la multiplicité des migrations et dépolitise la question de l'environnement !

Ce que nous demandons

Ce quil faut dès maintenant cest louverture des frontières sans conditions pour tous les réfugiés, leur accorder le droit dasile et des papiers. Cest la seule solution immédiate pour les extraire des trafics en tout genre et en premier lieu celui organisé par les États ! Les migrantEs qui survivent aux traversées sont autant de main-d’œuvre bon marché et de chair à patrons exploitable à l’envie ce qui permet au patronat de mettre en concurrence les travailleurs pour dégrader les conditions de travail de tous, avec ou sans papier. Les politiques racistes mettent une pression supplémentaire sur une frange de la population désurexploitée et entretiennent la division des travailleurs. Nous devons au contraire nous solidariser avec toutes celles et tous ceux qui subissent les politiques racistes des gouvernements de lUE et réclamer en premier lieu des papiers pour toutes et tous !

En résumé :

- arrêt des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements à Calais et ailleurs ;

- arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées ;

- régularisation de tous les sans-papiers. Tout système de sélection sur la base de critères, cumulatifs de surcroît, ne peut être qu'injuste et arbitraire. La régularisation « au cas par cas » ne règle pas le problème de fond ;

- égalité totale entre Français et immigrés (comprenant le droit de vote à toutes les élections) ; 

- liberté de circulation : la question de l'immigration débouche sur la liberté de circulation, de séjour et d'installation. La perversité du marché prône la liberté totale de circulation des marchandises et des capitaux, mais elle le dénie aux êtres humains. C'est pour cela que le NPA se bat pour un autre monde, où les humains pourraient circuler librement, un monde organisé selon les besoins et non les profits ;

- réquisition des logements vides ;

- retraits des troupes françaises de tous les pays où elle est engagée.

Dès maintenant, les migrantEs ont besoin de soutien, pour trouver où dormir, de quoi manger, pour que le nombre de celles et ceux qui les appuient dissuade la police de réprimer comme elle la fait ces derniers jours à Calais et ailleurs. Il faut donc amplifier et répandre la solidarité !

No border!


Exposition, Conférences et Tables Rondes au Carla-Bayle


PPPH PROGRAMME 21 compressed Page 1

 

PPPH PROGRAMME 21 compressed Page 2

PPPH PROGRAMME 21 compressed Page 3

PPPH PROGRAMME 21 compressed Page 4

 

Exposition Par Pur Par Hasard de Céline Gaille

Un projet photographique en collaboration avec les géographes Christophe Imbert et William Berthomière

L'Ariège offre depuis longtemps la possibilité à des personnes venues d'ailleurs d'occuper une place dans son paysage social et géographique. Leurs vies sont marquées par l'invention et l'adoption de principes contournant les critères normés de l’habitat, de l’agriculture et de l’accueil. Travailler à produire la compréhension de l’évolution des sociabilités dans le monde rural constitue l’un des objectifs que se sont mutuellement donnés la photographe Céline Gaille et deux chercheurs du projet de recherche CAMIGRI, Christophe Imbert et William Berthomière. À partir des objectifs scientifques du projet CAMIGRI visant à décrire les caractéristiques des dynamiques migratoires contemporaines que connait le monde rural, ce collectif a choisi d’engager une réfexion partagée à partir de son terrain de recherche ariégeois, marqué par une tradition hospitalière et représenté comme une « terre des possibles ». C’est la dimension discrète de la présence, dont l’entièreté des traits échappent bien souvent aux méthodologies classiques, qui fait ici l’objet d’un dialogue entre recherche et photographie : demandeurs d'asile, néo-ruraux de différentes nationalités et “bobos” ruraux, militants et défenseurs d'une cause, retraités (re)venus de la ville... Il apparaît que ce peuplement en mouvement produit un tissu où se croisent des aidants, des familles, des communautés autour de l'habitat, de l'agriculture, du tourisme et des politiques d'accueil des migrants. L'apport d'un regard photographique singulier au cours d'un road trip effectué sur un temps long et en décalé par rapport au travail des chercheurs, fait d'allers-retours, d'explorations et de rencontres récurrentes pour la photographe permet sans aucun doute de révéler les forces en présence, au sens premier de l'expression : la force des présences, à travers des portraits, des apparitions, des situations, des changements inopinés. Dès janvier 2019, des échanges nourris entre la photographe et les géographes, préalables aux premières rencontres ont donné des contours à ces galaxies humaines dispersées dans une vaste nature. Au bout de plusieurs semaines d'observation et de dialogue, il semble que ces expériences migratoires revêtent une part de volonté absolue mélangée à une forme d'incertitude palpable : le regard y décèle plutôt la mobilité et le détachement dans l'ancrage, le contraire en somme d'un voyage qui s'arrête. On n'aperçoit jamais le bout de la route, mais toujours des nouveaux chemins qui se dessinent. C'est une approche sensible qu'a choisie la photographe Céline Gaille, l'engageant ainsi dans la sphère intime et subjective de ces familles, groupes ou individus. Le dialogue Art et Science trouve ici un espace d'expression et de représentation où archives et outils de réfexion sont intégrés au matériau sensible. En effet, les images documentaires, les diaporamas et les cartes des géographes sont issus d'un travail de recherche au long cours démarré en 2017 par les géographes, rejoints par la photographe en 2019, sur la dynamique des migrations internationales dans les campagnes françaises, porté par le projet CAMIGRI / CNRS et fnancé par l'ANR. Céline Gaille, Photographe membre du Studio Hans Lucas - http://www.celinegaille.com William Berthomière, Chercheur CNRS, UMR PASSAGES Christophe Imbert, Professeur à l’Université de Rouen-Normandie, UMR IDEES Pour plus d’informations sur le projet CAMIGRI : https://camigri.hypotheses.org


Afghanistan : la communauté internationale a un rôle décisif à jouer pour éviter une nouvelle tragédie


 68dee12d-61c7-4f38-9e9b-327bb3f22b65 Taliban-Kaboul
 
Alors que les Talibans se sont emparés du pouvoir en Afghanistan dimanche dernier, Amnesty France demande au gouvernement d'accueillir et de protéger les civils afghans. En ce sens, Amnesty France nous propose d'interpeller Gérald Darmanin
Pour plus d'informations : 
Pour interpeller le Ministre de l'Intérieur : https://urgent.amnesty.fr/ua/civil-danger-afghanistan/story/0

Danielle Sutra
14 rue Porte en Rivière
09600 Laroque d'Olmes.

 

IMPORTANT INFOS

 

1)Délit de solidarité : le guide est là !

ou comment apporter de l'aide face aux situations multiples

http://www.delinquantssolidaires.org/item/delit-de-solidarite-le-guide

 

2)ET AUSSI UNE PETITION POUR PROTESTER CONTRE L EXPULSION DES ENFANTS SCOLARISES/

https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-ministre-de-l-education-nationale-nous-d%C3%A9clarons-notre-%C3%A9cole-zone-d-enfance-prot%C3%A9g%C3%A9e/u/25826796?cs_tk=Ah9a94TNVrapPCUMYF4AAXicyyvNyQEABF8BvBjJNUUhPcFkNqkFFpgjZtc%3D&utm_campaign=c18aac22179a42708296ec9a8a4070b1&utm_content=initial_v0_2_0&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs

 Cette initiative a été prise par un collectif de parents et de professeurs à Rennes suite à l'expulsion par charter de familles géorgiennes le 4 octobre dernier. Je vous mets également le lien de leur site: https://www.zoneenfanceprotegee.fr/

3) L’EUROPE EST EN GUERRECONTRE UN ENNEMI QU’ELLE S’INVENTE : FRONTEX EXIT

4)Adhérer à l'association 100 pour un toit pour aider à l'hébergement des déboutés : cliquez ici

5)ET TOUJOURS LE GISTI

Manifestations

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Connexion

Ecouter ou non Citoyens du monde

  • Site modifié le jeudi 07 octobre 2021 à 15:18:02

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris