Appel de La Cimade aux municipalités


 
20 février 2020

Concernant l’accueil des personnes migrantes sur leur territoire, les villes sont en capacité d’agir. La Cimade appelle les municipalités à se mobiliser solidairement pour créer les conditions d’un accueil digne des personnes migrantes, favoriser l’inclusion, la citoyenneté et la cohésion sociale.

 

En France, la mise en œuvre de la politique d’immigration et d’asile est une prérogative étatique.

Mais dans les faits, les municipalités se retrouvent en première ligne concernant l’accueil des personnes migrantes qui vivent sur leur territoire.

D’une part, parce qu’elles portent des politiques publiques en matière d’accès aux droits, à l’information et au service public, au logement, à l’emploi, à la scolarisation, … qui concernent l’ensemble des habitant·e·s, dont les personnes migrantes.

D’autre part, parce qu’elles se trouvent en situation de devoir pallier les insuffisances de l’État. Le manque de moyens, d’anticipation, de volonté politique mais aussi la logique sécuritaire et la remise en cause de la solidarité entraînent des conséquences désastreuses. En matière d’hébergement par exemple, l’État fait le choix politique de ne pas assurer sa mission régalienne de mise à l’abri des plus précaires dans une logique de dissuasion des personnes exilées, quitte à les mettre en danger. De plus en plus de villes sont donc obligées de répondre à l’urgence humanitaire en proposant une prise en charge des personnes migrantes à la rue.

Enfin, parce qu’elles sont garantes de la cohésion sociale dans leur territoire. Elles sont des actrices essentielles dans la lutte contre les replis identitaires et la construction collective d’un bien vivre ensemble.

Leur action est certes soumise à des contraintes (partage des compétences avec l’État et les départements, financements restreints, opposition d’une partie des habitants…) mais elle peut être innovante grâce à leur très bonne connaissance du territoire et des ressources mobilisables ainsi qu’à leurs capacités d’adaptation.

Les nombreux exemples de politiques locales inclusives et la mise en réseau, à travers plusieurs initiatives [1], d’acteurs qui vivent des réalités sociales différentes mais qui partagent des valeurs communes sont porteurs.

Les villes sont en capacité d’agir :

  • en rappelant à l’État ses responsabilités, à partir de leur connaissance des réalités de terrain et des défaillances du système d’accueil ;
  • en apportant des réponses opérationnelles quant à l’accueil effectif des personnes exilées pour assurer le respect de leur dignité et des droits fondamentaux, notamment le logement ;
  • en incarnant et en assumant une politique d’hospitalité grâce à des mesures et des messages positifs sur l’immigration ;
  • en veillant à favoriser la rencontre et les échanges interculturels pour apaiser la méfiance et créer du lien social.

La Cimade appelle les municipalités à se mobiliser solidairement pour créer les conditions d’un accueil digne des personnes migrantes, favoriser l’inclusion, la citoyenneté et la cohésion sociale.

[1] L’ANVITA, le réseau européen des villes solidaires, le projet Snapshots from the borders, le réseau des villes sanctuaires


Mobilisation inédite de 45 organisations contre les expulsions


https://www.ladepeche.fr/2020/03/02/mobilisation-inedite-de-45-organisations-contre-les-expulsions,8768214.php

 

45 Les représentants des 45 organisations se sont réunis pour cosigner un texte unitaire./Photo DDM, O.O.

 

Pour la première fois en Ariège, 45 organisations syndicales, politiques et associatives viennent de cosigner un texte pour dire stop aux expulsions sur le territoire. Une pétition a elle aussi été lancée.

La mobilisation est inédite dans sa forme. Près de 45 organisations politiques, syndicales et associatives locales viennent de cosigner un texte unitaire contre les expulsions en Ariège. En parallèle, une pétition a été lancée en ligne. Elle sera remise à la préfecture lors d’un rendez-vous dont la date reste encore à définir.

Cette mobilisation fait suite à l’expulsion, le 28 janvier dernier, de la famille Mehemti dont les trois enfants étaient scolarisés à l’école de Lestang, à Pamiers, et la mère de famille enceinte. "Cette expulsion a suscité l’émoi et surtout l’indignation d’un bon nombre de personnes venus d’horizons divers, explique Guillaume Estalrich (FSU). Nous nous sommes réunis et avons cosigné ce texte et décidé de faire bloc collectivement pour dire stop à ces expulsions."

Qu’ils soient bénévoles dans des associations locales, représentants syndicaux ou politiques, tous les signataires ont décidé de mettre de côté leurs potentiels désaccords pour lutter collectivement. "Nous accueillons des enfants dans nos écoles, et avec eux des familles. Nous faisons un véritable travail d’intégration, reconnaissent-ils. L’Ariège a toujours été une terre d’accueil, nous souhaitons qu’elle le reste."

Pour l’heure, 107 enfants scolarisés de la maternelle à la terminale dans des établissements ariégeois sont susceptibles d’être renvoyé dans leurs pays d’origine. Cela représente environ 58 foyers. "On constate que ce chiffre est en augmentation par rapport aux années précédentes, reconnaît Christian Morisse, représentant de la Ligue des droits de l’homme (LDH) et du Réseau éducation sans frontière (RESF 09). Pendant un temps, certains dossiers sont restés en suspens. On se rend compte également qu’ils sont ressortis des tiroirs et qu’ils sont désormais traités."

Des conditions de vie jugées "atroces"

Au-delà, les signataires dénoncent le renvoi de certaines familles dans des pays où leur sécurité n’est pas assurée. Et ce, malgré le classement de ces pays comme étant "sûrs". C’est le cas notamment de la famille Hisa, expulsée en septembre dernier en Albanie, qui vit, selon les nouvelles données dernièrement, dans des "conditions atroces", affirme une bénévole restée en contact avec la famille. "Leur fils a été hospitalisé, là-bas le niveau de vie est très bas et les frais de santé ne sont pas remboursés. De plus, ils n’ont pas pu scolariser leur enfant, on le leur a refusé." Et ce, alors même qu’en France la justice vient de trancher. En effet, leur assignation à résidence ainsi que leur obligation de quitter le territoire ont été annulées par la Cour d’appel de Bordeaux. Toutefois, il n’est pas certain que la famille puisse revenir sur le territoire français. "Cela montre bien, d’une part, que ce classement de pays sûrs et non sûrs ne se base sur aucuns critères concrets, regrette Christian Morisse. Mais aussi, qu’on ne prend pas la peine d’examiner les situations personnelles de ces gens-là avant de les expulser. Pourtant, chaque dossier doit être examiné au cas par cas et non pas au regard d’une ethnie ou d’une nationalité."

Pour certains, le combat continue. C’est le cas de Pierre Kilongo, père de famille installé à Masssat. Menacé d’expulsion l’été dernier, il avait bénéficié d’un large soutien de la population. Pourtant, malgré une première victoire devant le tribunal administratif de Toulouse, la préfecture a fait appel. Elle vient de gagner devant la Cour d’appel de Bordeaux.

"Pierre Kilongo est donc à nouveau expulsable malgré ses problèmes de santé", s’indigne le représentant de la LDH.

En lançant cette pétition sur Internet, les 45 organisations souhaitent rendre "visible" les histoires de ces réfugiés dont ils jugent le traitement "indigne" et "inhumain". "Il faut sensibiliser le public. Que les gens se rendent compte que demain, cela peut être eux dans cette situation-là", ajoute un militant.

Une chose est sûre, les personnes mobilisées ne comptent pas en rester là. "Il faut que les autorités sachent qu’une nouvelle expulsion provoquera chez nous une opposition à la fois physique, morale et idéologique", souligne de son côté Marc Faget (FSU).

Plusieurs actions sont d’ores et déjà prévues, localement, pour venir soutenir les familles sous le coup d’OQTF (voir encadré). "Ici, on sait où ils sont, et on veut qu’ils y restent", affirment leur soutien en chœur.

Des actions à venir

À Pamiers, le vendredi 6 mars, une nouvelle marche solidaire va être organisée au départ de l’école de Lestang par les parents d’élèves de l’établissement. Ils vont protester contre l’expulsion de la famille Mehemti, vécue comme un "réel traumatisme pour les enseignants, les parents et les enfants". Le cortège se rendra à la sous-préfecture en passant par le centre-ville de Pamiers.

Le dimanche 22 mars, à 17 heures, un concert caritatif au profit de l’association "Cent pour un toit" aura lieu dans la salle Aglaé-Moyne.

 
Océane Oulés


Danielle Sutra
14 rue Porte en Rivière
09600 Laroque d'Olmes.

 

IMPORTANT INFOS

 

1)Délit de solidarité : le guide est là !

ou comment apporter de l'aide face aux situations multiples

http://www.delinquantssolidaires.org/item/delit-de-solidarite-le-guide

 

2)ET AUSSI UNE PETITION POUR PROTESTER CONTRE L EXPULSION DES ENFANTS SCOLARISES/

https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-ministre-de-l-education-nationale-nous-d%C3%A9clarons-notre-%C3%A9cole-zone-d-enfance-prot%C3%A9g%C3%A9e/u/25826796?cs_tk=Ah9a94TNVrapPCUMYF4AAXicyyvNyQEABF8BvBjJNUUhPcFkNqkFFpgjZtc%3D&utm_campaign=c18aac22179a42708296ec9a8a4070b1&utm_content=initial_v0_2_0&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs

 Cette initiative a été prise par un collectif de parents et de professeurs à Rennes suite à l'expulsion par charter de familles géorgiennes le 4 octobre dernier. Je vous mets également le lien de leur site: https://www.zoneenfanceprotegee.fr/

3) L’EUROPE EST EN GUERRECONTRE UN ENNEMI QU’ELLE S’INVENTE : FRONTEX EXIT

4)Adhérer à l'association 100 pour un toit pour aider à l'hébergement des déboutés : cliquez ici

5)ET TOUJOURS LE GISTI

Manifestations

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Connexion

Ecouter ou non Citoyens du monde

  • Site modifié le lundi 26 octobre 2020 à 15:10:25

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris