Le collectif Soutien Réfugié.e.s 09 appelle à un rassemblement devant la préfecture demain mercredi, 14h.


 
Nous demandons à être reçu.e.s par Mme Danielo-Feucher, préfète de l’Ariège.
En effet, Mme Mauchet, avant de partir pour le Tarn-et-Garonne, a pris soin de signer un avis d’expulsion à l’encontre de la famille Mikaïa pour la Géorgie.
Nous nous opposons à cette expulsion (12.12 pour le père de famille ; 29.12 pour la mère, la fille aînée majeure et deux autres enfants mineures scolarisées à Pamiers) pour des raisons humanitaires :
- Les membres de cette famille ont subi des brimades, des rejets, et même des coups, par leur environnement immédiat en Géorgie
- Monsieur Mikaïa, suite à un accident de la route, souffre d’un handicap (mal de dos, opération difficilement envisageable, sommeil difficile, douleurs…) et d’un état dépressif ;
- Rebeka Mikaïa, fille aînée majeure, présente des symptômes inquiétants dus aussi à sa peur de retourner en Géorgie : elle parle de tentative de suicide et elle est très amaigrie ;
- Les mots manquent pour décrire l’angoisse de Mme Mikaïa et de ses deux plus jeunes filles.
Devant l’urgence de la situation et l’héritage de Mme Mauchet, nous sommes contraints d’employer le seul moyen qui nous reste pour être entendu.e.s et reçu.e.s : rassemblement demain, 14h, devant la préfecture, Foix.

Cette famille ne doit pas être expulsée


Leggeri, démissionnez de FRONTEX


frontex1

 

https://act.wemove.eu/campaigns/leggeri-demission?utm_source=civimail-33940&utm_medium=email&utm_campaign=20201204

 

Pétition

Par la présente pétition, nous vous demandons, Fabrice Leggeri, de démissionner immédiatement de votre poste de directeur de FRONTEX.

Pourquoi est-ce important ?

Ces accusations sont choquantes : l’agence européenne FRONTEX a aidé les gardes-frontières grecs à adopter des comportements de pirates. Ils ont attaqué des migrants alors qu’ils se trouvaient dans des embarcations de fortune, les forçant à s'éloigner des eaux de l'UE et à s’échouer en pleine mer. L’enquête montre que l’agence FRONTEX est également impliquée dans de nombreuses exactions et qu’elle a tenté de les dissimuler [1].

Son directeur, Fabrice Leggeri, est directement impliqué : il était au courant de ces abus et violations des droits humains et a menti au Parlement [2]. Hier encore, il a été longuement interrogé par les député·es européen·nes, mais il refuse d'assumer ses responsabilités et ignore les appels à la démission à son encontre [3].

Les journalistes ont publié une enquête qui révèle ces abus. Les député·es européen·nes appellent à sa démission [4]. Les propres fonctionnaires de FRONTEX font fuiter les détails des violations ! Mais nos voix indignées, celles des citoyen·ne·s, manquent à l’appel. Demandez la démission de Leggeri !

Même si Leggeri démissionne, notre combat contre les actions de FRONTEX ne s’arrêtera pas là. L’agence mène ses activités dans un total flou juridique. À ce jour, il n’existe aucun moyen pour lui demander de rendre des comptes. Se débarrasser de Leggeri ne sera qu'une première étape, mais elle sera cruciale si nous souhaitons réformer FRONTEX.

 

References:

  1. https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/24/migrations-l-agence-europeenne-frontex-mise-en-cause-pour-des-refoulements-en-mer_6057247_3210.html
  2. [en anglais] https://www.guengl.eu/frontex-chief-must-be-sacked-after-migrant-pushback-expose/
    https://www.socialistsanddemocrats.eu/fr/newsroom/les-sd-demandent-la-demission-du-directeur-de-frontex
  3. [en anglais] https://www.europarl.europa.eu/news/en/press-room/20201126IPR92509/
    [en anglais] https://multimedia.europarl.europa.eu/en/committee-on-civil-liberties-justice-and-home-affairs_20201130-1645-COMMITTEE-LIBE_vd
  4. https://fr.euronews.com/2020/12/01/frontex-sous-le-feu-des-critiques-du-parlement-europeen

Acte 4 des Sans-Papiers : Egalité, Liberté, Papiers !


18.12

 

Malgré les centaines de kms parcourus par les Sans-Papiers lors de l’Acte 3, la Marche nationale des Sans-Papiers du 19 septembre au 17 octobre, les milliers de villes et villages traversés, les centaines de réseaux mobilisés, les multiples rencontres et les dizaines de milliers de participantEs à la manifestation du 17 octobre à Paris… rien. Macron n’a pas eu un mot pour les Sans-Papiers.

Macron et ce pouvoir méprisent les habitantEs de ce pays, avec ou sans papiers.

Ils parlent de liberté. Mais après avoir refusé la liberté de circuler aux migrantEs ils la limitent pour toute la population.

Le gouvernement prétend défendre la liberté d'expression mais a interdit à la Marche nationale des Sans-papiers de défiler vers l'Elysée le 17 octobre. 

Par ailleurs, ils ne respectent pas le droit d'asile, alors même que l'État français est en partie responsable de guerres et de partenariats économiques honteux qui provoquent l'exil.

Ils parlent d’égalité mais la refusent aux Sans-Papiers et les inégalités explosent dans toute la société.

Ils disent agir pour la santé mais n’ont en tête que la défense des profits des plus riches. C’est ce qu’ils appellent l’économie mais ils refusent de donner les moyens nécessaires à l’hôpital ou à l’école, mettent des migrantEs à la rue, continuent d’expulser des pauvres de leur logement, font exploser le chômage, laissent des Sans-Papiers sans protection en première ligne et remplissent les centres de rétention.

Le pouvoir fait partie du problème des crises de ce pays et les amplifie, semant la misère, le désespoir, le racisme et la haine là où il faut plus de solidarité, de liberté et d’égalité. 

Lors de la Marche nationale des Sans-Papiers nous avons montré que nous étions la solution.

Le 17 octobre malgré le couvre-feu, malgré l’assassinat d’un professeur la veille, malgré le black-out médiatique sur notre mouvement et malgré l’interdiction de tout l’Ouest parisien nous étions des dizaines de milliers, ensemble, avec et sans papiers, venuEs de tout le pays pour la liberté et l’égalité des droits, pour la régularisation de touTes les Sans-Papiers, uniEs contre le racisme, la xénophobie et l’islamophobie.

Alors nous appelons à renforcer encore ce mouvement avec l’Acte 4.

De nouveaux collectifs de Sans-Papiers se sont construits. Il faut les développer et en faire naître dans chaque ville, chaque quartier, chaque foyer et centre d’hébergement.

Des collectifs de solidarité existent et se sont mobilisés sur tout le territoire. Sans eux la Marche aurait été impossible. Là où ils n’existent pas encore il faut les construire. Là où ils existent les développer et multiplier les actions.

Syndicalistes et syndicats se sont mobilisés auprès des Sans-Papiers. Nous appelons les Sans-Papiers qui travaillent à rejoindre un syndicat et les syndicats à porter haut la lutte pour la régularisation des Sans-Papiers. Ce n’est pas l’immigration qui crée un dumping social, ce sont les inégalités et la précarisation de toute la main d’œuvre.

Nous appelons à participer aux actions qui seront organisées par les sections syndicales et syndicats comme la Journée nationale de lutte contre la précarité et le chômage du samedi 5 décembre etpour lutter contre les attaques dans les entreprises et les différents secteurs, notamment la santé et l’enseignement.

Nous appelons à préparer les conditions d’une journée de grève interprofessionnelle pour l’égalité et la régularisation des sans-papiers.

Nous appelons à participer aux luttes contre les centres de rétention, pour un logement décent pour tous et toutes et contre les expulsions.

Nous appelons à faire converger tous ces efforts par des manifestations dans toutes les villes et les villages, sur tout le territoire le vendredi 18 décembre, Journée internationale des migrantEs, pour la régularisation de touTEs les Sans-Papiers, la fermeture des Centres de rétention, le logement pour touTEs.

Nous appelons à faire triompher la liberté, l’égalité et la solidarité.

 

la lutte contre les expulsions en Ariège doit continuer


12.11

Une dizaine de personnes sont venues soutenir Madame MIKAIA de nationalité géorgienne et sa fille de 19 ans convoquées à la Préfecture le 12/11 pour leur signifier leur assignation à résidence, ce qui signifie interdiction de quitter l'Ariège et pointage obligatoire au commissariat de Pamiers comme le père depuis le 27/10.
Celà permet à la Préfecture de "les avoir sous la main" pour les envoyer en centre de rétention suite à leur obligation de quitter le territoire français dans un premier temps, puis de les mettre dans un charter en second temps comme pour le père de la famille albanaise le 10/11.

Qu'ont ils fait de préjudiciable ?
Rien, sinon de croire que face aux menaces qu'ils connaissaient en Géorgie, ils pouvaient venir se réfugier en France, "pays des droits de l'homme" Ariège "terre d'asile" où ils ont nourri l'espoir de pouvoir s'intégrer, comme le témoignent les professeurs des 2 filles mineures.

La famille attend la conclusion de l'appel qu'ils ont déposé au Tribunal de Bordeaux.
Nous devons dénoncer ce va et vient de charters qui renvoient les personnes dans leur pays une fois que les places de l'avion sont bien pleines : Février Albanie, puis le confinement, ouverture des frontières en aout charter pour la Géorgie, le 10 novembre charter de nouveau pour l'Albanie, le prochain quand pour la Géorgie?

L'état d'urgence tombe à pic, ceux qui veulent soutenir et défendre le droit des étrangers à vivre en France voient leur droit de se rassembler et de circuler réduits.
Nous devons crier haut et fort que nous opposons à la Préfète qui a pour intérêt de remplir des charters.

 


Danielle Sutra
14 rue Porte en Rivière
09600 Laroque d'Olmes.

 

IMPORTANT INFOS

 

1)Délit de solidarité : le guide est là !

ou comment apporter de l'aide face aux situations multiples

http://www.delinquantssolidaires.org/item/delit-de-solidarite-le-guide

 

2)ET AUSSI UNE PETITION POUR PROTESTER CONTRE L EXPULSION DES ENFANTS SCOLARISES/

https://www.change.org/p/jean-michel-blanquer-ministre-de-l-education-nationale-nous-d%C3%A9clarons-notre-%C3%A9cole-zone-d-enfance-prot%C3%A9g%C3%A9e/u/25826796?cs_tk=Ah9a94TNVrapPCUMYF4AAXicyyvNyQEABF8BvBjJNUUhPcFkNqkFFpgjZtc%3D&utm_campaign=c18aac22179a42708296ec9a8a4070b1&utm_content=initial_v0_2_0&utm_medium=email&utm_source=petition_update&utm_term=cs

 Cette initiative a été prise par un collectif de parents et de professeurs à Rennes suite à l'expulsion par charter de familles géorgiennes le 4 octobre dernier. Je vous mets également le lien de leur site: https://www.zoneenfanceprotegee.fr/

3) L’EUROPE EST EN GUERRECONTRE UN ENNEMI QU’ELLE S’INVENTE : FRONTEX EXIT

4)Adhérer à l'association 100 pour un toit pour aider à l'hébergement des déboutés : cliquez ici

5)ET TOUJOURS LE GISTI

Manifestations

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28

Connexion

Ecouter ou non Citoyens du monde

  • Site modifié le vendredi 04 juin 2021 à 09:27:58

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris